www.nautadutilh.com
0,00  (0)
fr

Connectez-vous avec votre adresse e-mail ou votre compte Facebook

OU

Vous n'avez pas encore de compte ?

Inscrivez-vous dès maintenant
> > > Le rôle de la Conférence Saint-Yves dans la vie juridique luxembourgeoise

Le rôle de la Conférence Saint-Yves dans la vie juridique luxembourgeoise

2 janvier 2018 Divers

ConférenceSaintYves-Article-Legitech.lu

Nicolas Duchesne est membre du Petit Comité de la Conférence Saint-Yves (CSY) et étudiant au CCDL ; Lionel Grzegorczyk est secrétaire de la CSY et juriste dans une institution de l’UE ; et William Lindsay Simpson est Président de la CSY, membre du barreau de Luxembourg pendant quelques années, il est aujourd’hui juriste dans une banque nord-américaine et Membre du Conseil National pour Étrangers.


La plus ancienne association de juristes au Grand-Duché

La CSY, profondément ancrée dans l’ADN juridique luxembourgeois, a été créée en 1916 afin d’œuvrer à « la défense d’un ordre social juste et équilibré ». Dès l’origine, elle est apparue comme un lieu dynamique d’échanges, caractérisé par le respect d’autrui. Avec le temps, elle s’est peu à peu imposée comme un forum privilégié de rassemblement et de rencontre des juristes de tous les secteurs professionnels. La CSY a d’abord organisé des conférences, puis elle a instauré la tradition d’un banquet annuel. Elle a enfin entrepris, à partir de 1952, la publication régulière d’un bulletin, destiné à traiter de l’actualité juridique au Luxembourg. A ce jour, plus d’une centaine de numéros ont été publiés, abordant des sujets juridiques très divers.


Son rôle dans la vie juridique et judiciaire luxembourgeoise

La CSY a pour mission de réunir et de mettre en contact toute personne ayant une formation juridique (magistrats, avocats, notaires, juristes en institutions et organismes privés, greffiers, étudiants en droit et au CCDL,…) afin de proposer un forum ouvert de discussions et de réflexions dans les différents domaines du droit.

L’évènement phare de notre association est l’organisation annuelle du banquet de la Saint Yves. Ainsi, depuis 2013, des orateurs de premier plan s’y sont succédés, tels les anciens directeurs généraux du Fonds monétaire international et de l’Organisation mondiale du commerce, le Président de la Cour européenne des droits de l’homme, le Président de la Banque du Vatican, et cette année, le Président de la Cour de justice de l’Union européenne, M. Koen Lenaerts. Le banquet donne l’occasion à ces invités de présenter un thème qui leur tient à cœur.

L’apport véritable de la CSY à la famille juridique luxembourgeoise tient cependant à l’organisation de cycles de conférences sur des thèmes juridiques significatifs et actuels. Ainsi, pour l’année judiciaire 2016-2017, la CSY a proposé aux juristes du Luxembourg d’assister à un cycle de conférences sur le « Rôle et la figure du magistrat », à l’occasion duquel sont intervenus plusieurs juges distingués qui ont exposés leurs réflexions sur la fonction du magistrat, l’office du juge au XXIe siècle, ou encore la question de la transparence de la justice. En 2017-2018, la CSY s’est fixé comme objectif d’organiser un cycle de conférences ayant pour thème « La place financière et la règle de droit ». La première conférence, introduite par Me Luc Frieden1)Avocat à la Cour, Président du Conseil d’Administration de la Banque International à Luxembourg, ancien Ministre des Finances., et exposée par M. Jean-Jacques Rommes2)Administrateur délégué, Union des Entreprises Luxembourgeoises., a traité de « la relation entre les milieux économiques et l’État dans la genèse de la règlementation ». D’autres conférences suivront tout au long de l’année judiciaire.

Au-delà de ce principal cycle de conférences, la CSY va également chercher à « défricher » d’autres branches du droit comme par exemple le droit funéraire (deux conférences auront lieu sur ce sujet pendant le printemps 2018). Enfin, la CSY s’adresse aussi aux étudiants en droit et organise avec leurs associations des exposés-débats en faisant témoigner des praticiens du droit.


Au cœur de son fonctionnement, des valeurs chrétiennes

La grande majorité des conférences organisées par la CSY visent à aborder les problématiques juridiques dans une perspective essentiellement pratique ou scientifique. Cependant, son fonctionnement même demeure empreint des valeurs chrétiennes que sont « l’incarnation », la « vérité » et la « charité » : (i) L’incarnation commande aux membres actifs de la CSY de promouvoir une vision vivante et accessible à tous de la pratique du droit, ainsi qu’une mise en contact concrète et chaleureuse entre les acteurs de la vie juridique du Luxembourg. Il s’agit ici d’éviter que la pratique du droit ne devienne qu’une pure application automatique et désincarnée des règles juridiques ; (ii) La vérité commande à ses membres actifs de promouvoir la connaissance, la réflexion et le débat sur les règles juridiques, démarches elles-mêmes propices à l’intégrité de la pratique du droit. Il s’agit ici de contrer l’ignorance ou l’opacité, résultant parfois de la distance et ou de la technicité, et susceptible d’entrainer une application erronée ou malhonnête des règles de droit ; (iii) La charité, enfin, commande notamment à ses membres actifs de pratiquer et d’encourager « l’aller vers », de rencontrer les praticiens du droit et les citoyens qui s’intéressent à cette matière. Il s’agit de promouvoir des débats respectueux et enrichissants, remèdes à la spécialisation et la division excessives des juristes, et à une vision réductrice de leur rôle au sein de la société. Par ailleurs, la CSY a pour vocation d’assumer une mission d’aumônerie auprès des juristes croyants, qui se traduit par l’organisation de messes ou encore de conférences de droit canon sur des sujets aussi divers que le droit pénal canonique ou encore le droit de la canonisation.

Existe-t-il d’autres Saint-Yves ? Cette question trouve une réponse différente suivant les pays de tradition civiliste ou de tradition Common Law. Ainsi, dans les pays de tradition civiliste, les associations de juristes catholiques se placent principalement sous le patronage de Saint Yves et ont une activité essentiellement de réflexion. Dans les pays de tradition Common Law, les associations de juristes catholiques se placent quant à elles plutôt sous l’emblématique figure de Saint Thomas More (champion de la primauté de la conscience) et ont une activité dominée par la défense pro bono. Il est également surprenant de constater l’éclosion depuis une décennie de nombreuses Saint Yves en Asie (Malaisie, Philippines,…) ou encore de la Saint Yves Society de Jérusalem, organisation non-gouvernementale d’aide juridique pour les réfugiés.

La CSY : combien de divisions ? La CSY a aujourd’hui plus d’une cinquantaine de membres. Lors du banquet annuel, les personnes présentes oscillent entre 70 et 85 personnes. La CSY est animé par un Petit Comité composé de 8 personnes qui s’occupent de la gestion de la « boutique ».

Que retenir ? La CSY, ancrée dans la vie judiciaire luxembourgeoise depuis plus de 100 ans, doit continuer à œuvrer, avec discrétion, transparence et sérieux, à la réflexion juridique au Grand-Duché. Le dicton qui décrit Saint Yves comme « avocat mais pas voleur » rappelle les priorités que chaque praticien du droit doit donner à son travail et que le « sel » de la profession juridique se trouve aussi dans les à-côtés comme le service désintéressé à son prochain, à sa communauté juridique, à la société.

Legimag n°20 – Décembre 2017 – L’invité du mag.

Références   [ + ]

1. Avocat à la Cour, Président du Conseil d’Administration de la Banque International à Luxembourg, ancien Ministre des Finances.
2. Administrateur délégué, Union des Entreprises Luxembourgeoises.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.

contribuer-aux-articles

Découvrez Casteganro TV

Partagez sur les réseaux sociaux


Recommander cette page à un ami

Annuler

Ajouter un favoris

Vous devez être membre pour ajouter un contenu à vos favoris.

Déjà membre ? Connectez-vous :

Pas encore inscrit ?

Créez votre compte